La Génétique à la rescousse de la généalogie


Nos gênes sont comme un grand livre d’histoire…

La recherche de nos ancêtres à l’aide des registres civils, monographies, contrats notariés est souvent un long chemin parsemé de frustrations. Les documents papier malheureusement sont souvent détruits par le feu, les inondations, les moisissures ou tout simplement perdus. Il n’est donc pas rare de se trouver sans réponse face à la recherche des ancêtres de certains individus qui partagent pourtant un même patronyme.

La découverte de Kary Mullis, prix Nobel de chimie en 1993, a révolutionné la génétique. Il a découvert un procédé permettant de produire autant d’ADN que voulu à partir d’infimes particules de tissus, comme un cheveu voire même une seule cellule. La pratique de la génétique a donc pris un essor considérable au cours de la dernière décennie, permettant une analyse de l’ADN à partir de quelques cellules prélevées à même la surface de la muqueuse buccale.

La génétique vient donc ainsi à la rescousse de la généalogie; c’est la généalogie génétique, ou la généalogie moléculaire ou la génétéalogie. On voit l’utilisation de tels tests dans les romans policiers modernes où grâce à l’ADN on identifie un criminel où disculpe un accusé. C’est tests sont aussi largement utilisés pour la vérification de la paternité. C’est grâce à la généalogie génétique qu’on a pu certifier que George Washington aurait eu un enfant d’une esclave noire.

Les chromosomes chez l’être humain sont des éléments microscopiques constitués d’une molécule d’ADN les chromosomes portent les gènes qui supportent le message génétique transmis des cellules mères aux cellules filles. Les chromosomes sont représentés par paires en parallèle avec leur homologue. Chez les humains les chromosomes sont au nombre de 46 soit 23 paires dont 22 sont des chromosomes homologues et la dernière paire correspondant aux chromosomes sexuels nommés X et Y. L’homme possède un Y et un X sur sa 23e paire, soit un X provenant de la mère et un Y provenant du père. La mère sur sa 23e paire montre deux chromosomes X donc la mère ne peut donner à ses descendants qu’un X. L’Y est transmis de père en fils. C’est cette analyse de l’ADN Y qui est utilisé en généalogie puisque l’ADN Y est transmis de père en fils avec de rares mutations. Ainsi, mon premier ancêtre mâle arrivé au Québec devrait avoir la même empreinte génétique que moi. De plus, une personne qui porte le nom FOREST ou FORET ou FORREST ou DE FOREST devrait montrer les mêmes marqueurs que moi s’il est un des descendants de Michel de Forest. Sinon, il faut comprendre qu’il est le descendant d’une autre famille ou qu’il y a eu un bris dans la lignée paternelle. Cette analyse est donc réservée aux hommes exclusivement.

Voici un exemple fictif :

Marqueurs 393 390 19 391 385a 385b 426 388 439
D. Forest 12 26 14 11 11 15 12 10 12
G. Forrest 13 25 11 10 12 11 12 11 10

Dans cet exemple un seul marqueur en commun nous indique que D. Forest et G.Forrest ne sont pas reliés. Ils ont peut-être un ancêtre commun, mais il remonte à des milliers années passées.

Pour les femmes, il existe la possibilité de réaliser une analyse de l’ADN mitochondrial qui est transmise de mère en fille. L’Ève mitochondriale aurait vécu il y a 150 000 à 200 000 ans en Afrique orientale. Elle serait l’ancêtre de tous les humains qui vivent sur la planète aujourd’hui. Selon Bryan Sykes, cette Ève mitochondriale aurait eu sept filles (Jasmine, Velda, Ursula, Tara, Helena, Katrine et Xenia) qui ont migré d’Afrique vers l’Eurasie. L’analyse de l’ADN mt permet de nous rattacher à l’une d’elles. Approximativement 32% de l’ensemble de la base de données ADN mt appartiendrait à l’haplo groupe H, et environ 21% de ce dernier serait du type 519C. Ainsi, mon ancêtre matrilinéaire est Helena (haplo groupe H) qui aurait vécu il y a environ 20 000 ans dans le sud de la France, dans la vallée du Rhône. Les descendants d’Helena sont les plus nombreux en Europe. On présume que ce clan de chasseurs prit naissance il y a 20,000 ans dans le sud-ouest de la France, en Dordogne, et que ses descendants migrèrent graduellement vers le Nord et l’Ouest, colonisant aussi la Bretagne et les îles Britanniques il y a environ 12,000 ans. Cette analyse montre mes origines matrilinéaires européennes.

Il existe un important projet qui s’adresse aux Canadiens français; projet d’ADN d’héritage français (www.frenchdna.org) dans lequel on retrouve le patronyme Forest. Le Projet ADN d’Héritage français s’adresse à tous ceux qui pensent avoir des ancêtres français, même lointains. Alors si vous êtes de France, des anciennes colonies, du Canada français, d’Acadie ou encore que vous êtes Métis, Cajun, Créole ou que parmi vos ancêtres il en fut de souche française, ce projet devrait vous intéresser.

Ce projet est dédié aux centaines d’ancêtres fondateurs qui sont partis de France au 17e siècle pour y fonder des colonies à travers le monde et particulièrement en terre d’Amérique. Nous qui avons l’honneur de porter un nom de famille français le devons à ces vaillants et fiers colons et à leurs descendants.

Il y a aussi ces femmes valeureuses qui ne nous ont pas laissé leur nom de famille parce que ce n’était pas l’usage culturel, mais qui nous ont laissé leurs gènes et leur amour maternel. Le présent projet leur est donc tout autant dédié, et il tentera de les retrouver en suivant les traces de l’ADN mitochondrial (ADN mt) qu’elles ont au cours des générations successives transmises de mère en fille, et de mère à enfants des deux sexes.

Déjà plusieurs associations de famille, comme les Daigle, les Beaugrand, les Delamontagne, les Foster, les Forrest ont donné leur aval à ces projets d’analyse génétique. ll est donc à espérer que les Forest emboîteront le pas dans cette gigantesque entreprise de la reconstitution du génome humain mondial. Il faudrait que des Forest, Foret, Forrest et de Forest des diverses régions du Canada et des États-Unis participent afin de mieux écrire l’histoire de notre famille qui se trouve dans notre ADN.

Plusieurs compagnies fiables offrent des pléiades de tests à des prix variant de 99$ US à 1000$ US dépendant de la quantité de test requis. Un test de base de l’ADN-Y pour 12 marqueurs ou l’ADMmt coûte aux environs 110$ US. Ces tests peuvent être commandés directement en ligne sur le site des sociétés qui offre ce service.

Les sociétés suivantes offrent ce genre de test :

http://www.familytreedna.com/public/DeForest/

 

DNA Heritage (www.dnaheritage.com),

Family Tree DNA (www.familytreedna.com),

Oxford Ancestors (www.oxfordancestors.com),

Roots for Real (www.rootsforreal.com),

Relative Genetics ( www.relaivegenetics.com),

The Genographic Project (Genographic),

Ancestry by DNA (www.ancestrybydna.com)

 

Auteur: Denis Forest, Sainte-Marcelline