Gildas Forest fête son 100e anniversaire

Gildas 100eIl était une fois…

Gildas Forest est né à Bonaventure le 1er décembre 1916 sur la ferme familiale bâtie par Alexis Forest qui abritait alors deux générations de Forest, celle de ses parents, Abraham et Elmire et celle de ses grands-parents, Joseph et Élizabeth.  C’était à la mi-temps de la 1re guerre mondiale.  Georges V était roi d’Angleterre.  Comme à Downton Abbey, le téléphone et l’électricité étaient des curiosités intrigantes et un peu effrayantes, l’automobile une invention pour casse-cou, la discipline de rigueur, le respect des ainés omniprésent et la vie sur la ferme le mode prédominant d’existence.  Gildas Forest était donc destiné à devenir cultivateur.

Vingt-six ans plus tard, en 1942, il convole en justes noces avec celle qui sera sa plus fidèle alliée pendant 73 ans, Marguerite Roberge. En une année il construit seul sa première maison à Thivierge, établit son étable et défriche son lopin de terre. Il se découvre aussi des talents de bâtisseur car il travaillera à construire plusieurs maisons et bâtiments divers pour des résidents de Bonaventure.  Sa future vocation se dessine !  Mais auparavant, il lui faudra continuer à « faire le train », labourer et cultiver, car sa mère Elmire le prie de reprendre la ferme et la maison familiale, ce qu’il fera en 1948.

Toutefois, le foin l’inspire moins que l’équerre et le marteau. En 1956 il lance avec Marguerite une entreprise de construction qui finira par employer une trentaine d’hommes. Il bâtira tantôt des maisons, des écoles, un centre d’achat, des magasins pour Robin, une ou deux banques, une salle de quilles et pourquoi pas, un tronçon de route nationale et une station de radar pour l’armée, sans compter  la réfection de quelques églises. Il prend aussi le temps d’élever 5 enfants et de devenir plus tard un merveilleux grand-père.

 

Maire et optimiste

Gildas trouve aussi le temps de s’engager dans sa collectivité. Tantôt marguillier de la paroisse ou membre du Club Lacordaire, à la fin des années 1960 il préside le Club Optimiste et de 1974 à 1978, il est maire de Bonaventure, comme son père Abraham avant lui.  Pendant son mandat se sont réalisés l’aréna, le musée Acadien, l’agrandissement du camping, la dépollution de l’estuaire de la rivière et l’aqueduc dans Bonaventure ouest grâce au don sur sa terre d’un puits pour l’approvisionner.

 

Garagiste et amateur de voitures

Sa première voiture fut une Ford Modèle T et toutes les autres (ou presque) ont été des Chrysler, dont celle qu’il possède encore aujourd’hui. Dans les années 1960, il reprend le garage Esso du village et sous l’influence de Roland, son fils aîné, il obtient une des rares concessions Volvo au Québec. Cohérence oblige, il délaisse temporairement sa Chrysler pour une Volvo.

 

Homme de famille

Été comme hiver, sa maison est ouverte à la famille et aux amis de la famille. De tous temps, on y débarque de Chandler, Lac Mégantic, Sault-St-Marie, Kapuskasing, North Bay, Montréal, Toronto ou Québec, voire des États-Unis ou d’Europe pour goûter au chaleureux accueil de Gildas et de sa famille.

 

Le grand-père chéri

Rien ne fait plus plaisir à Gildas que de voir ses petits enfants et arrière-petits-enfants et c’est réciproque.  Ils ont tous et toutes fait la « galipette » dans ses bras, écouté ses histoires et appris un peu plus sur le sens de la vie en sa présence.  L’amour infini qu’il leur a donné lui revient au centuple avec l’affection profonde qu’il reçoit de tous ses petits enfants.

Voir la brochure officielle gildas-100e_fr

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *